Investie

Investie, le suis-je de simple grâce ?
Moi, je te tends mes mains
ma peau
La pluie marquette le trottoir
paillette d’argent le trottoir où je suis
le méandre doux des pas
La vie s’invite en écho là-bas
dans le miroir de mes amours
dans la grande ville sonore
où la Seine flatte les quais
de ses éclaboussures
Ici, j’écris ma vie courte et faste
l’ourlet de ma robe frange de poussière
sable, bitume, ombre, cailloux
un chemin qui s’efface
mais que tissent entre nous
mille pages de livres
mille combats vaincus
mais que tissent entre nous
mille mains attouchées
mille nuits murmurées
mille ciel ouverts
mille routes croisées

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s