Sinon, rien

L’indifférence, parfois,
me troue la peau
comme un dard
Champ de promesses labouré de peu
Que me pique la pierre
que me tranche le croc
d’une voix nue
frais cresson sur ma peau rêche !
Un sourire parfois, plus sûr qu’un mot
remâché jusqu’à l’os
sarclé à la racine
me colle en creux
oiseau oublié du vent
La volonté me porte sur son gant
fauconnier d’altière droiture
et je tiens
je tiens !
Je pèse autant alors
qu’un monde assoupi

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s