Peau

je me détache

par lambeaux

la peau de mes sentiments plisse

glisse de mon épiderme complice

s’écaille, s’émaille d’indécises nuances

je me détache

se délient, désentravent, dénutrissent

mes élans, mes fureurs et suppliques

je m’assagis

ce printemps de mon être ductile

sans flammes ni braise s’ensommeille un peu

il suffira d’y poser le feu

pour que s’émèchent dans la nuit

mille brindilles en folie

je me détache où se lit

le livre non encore écrit

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s