Je serai oubliée

Je serai oubliée

plus souvent qu’à ton tour

Un doigt sur ma bouche

une mèche léchant le coin de l’œil

le sourire

Quel goût en restera dans ton cœur ?

La danse d’un soupir

à 4 heures du matin

la danse du jour à venir

la danse pieds nus sur la terre

le corps flambant

Je serai oubliée

empreinte d’existence

main couchée sur ta tempe

rire, insolences

pierre levée, temple dressé contre le vide

pleines vagues cinglant le creux de tes falaises

l’eau des mots

la couleur de la voix

la prosodie des hanches

l’esprit usant

sa craie d’idées sur ton ardoise tendre

Je serai oubliée

Laisse-moi croire que d’autres

chers à mes silences

seront gardés

liés de la faveur des astres

étoilés de mon amour…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s