En vieillissant

Colette

En vieillissant, j’espère ameublir la plante de mes pieds

assouplir la peau de mon crâne

attendrir le dur rayon de mes yeux

trouver les chemins de sable où courir

 sans m’enfoncer

avoir dans ma main ridée

mille cartes

En vieillissant, je voudrais encaverner

dans la planète de mon ventre

entre mes seins sans arrogance

mille cœurs encore empressés

à délivrer leur importance

sans cruauté

Si la vie corrode le rire, qu’elle use avant toute chose mes lèvres sur des fronts

qu’elle essore ma peau à des vélins soyeux

qu’elle presse mon cerveau de tous les mots de bienveillante écoute

pour en rafraîchir quelques-uns

qu’elle me fasse jouir de tout écrin où se cachent des perles rares

qu’elle me ligote au totem du vent jusqu’à ce que tombent mes haines

En vieillissant, que la douceur me prenne.

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s