Va

Il me reste à tendre

ma main

qui se posera

encore un instant

sur ton épaule

puis s’écartera

oubliant le temps des guides

et des chemins montrés

Maintenant que tu dépasses

de tout ton esprit, de toute ta hauteur

ma propre route hésitante

c’est à moi de regarder

dans le silence de mon cœur

chacun des pas que tu fais

Mieux encore

ll m’appartient de rester

telle qu’en femme je demeure

face à l’homme qui te fait

sortir de l’enfance

et en être vainqueur

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Va

  1. Philippe A dit :

    Bravo, cela aide vraiment d’avoir des parents bienveillant.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s