Où es-tu ?

Ne mentez pas aux enfants,  sinon le monde disparaît.

Château bâti de mous  branchages, toilette de mariée

tissée de torchons,

sceptre glorieux, arme fatale glanée au creux des ornières.

J’ai tenu dans ma main, précieuse, cette clef,

la note parfaite des rondes que le pied ne se lasse

jamais de danser.

Où es-tu, toi à qui je réclame une seconde de vérité ?

Le regard franc de qui étanche la soif, adoucit le désert, où es-tu ?

Le jardin cache un territoire que j’ai déposé à mes pieds ;

la terre aveuglante où le rire est roi,

où je grandis jusqu’à devenir arbre moi-même, où mes cheveux alanguissent l’abandon de l’été.

Où es-tu, toi qui savais sourire comme moi, jouir comme nous à la folie du temps ?

Toute petite, j’ai su que l’amour n’existe pas.

Seuls comptent la danse, la pensée non captive, l’acharnement à créer.

A ce jeu, pourtant, je voulais un autre que le mensonge a emporté.

Le jardin et moi, face à face, ses cailloux sous mes pieds, ma pesanteur enracinée

sous le ciel, nous attendons la pluie.

Elle ne ment pas, estompe les ombres, confond tout sous sa suprême gifle.

Elle sait que je ne suis pas faite pour aimer.

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s