J’ai pris le temps

 

J’ai mis le temps, j’ai pris tout le temps nécessaire

pour avoir le droit de me retourner

de tout regarder de haut en bas,

depuis la terre jusqu’au faîte du monde.

Tout m’appartient, je le veux ainsi,

le matin, la froidure, la tête embrumée

le ventre chaud des draps qui l’ont enveloppé

le tapis des heures à venir

le désordre de mes pensées.

J’ai pris le temps, tout le temps nécessaire

pour pétrir mon refus

sa glaise pansue, grosse de colère

enflée de matures pensées

s’assouplit sous mes doigts

j’attendrai qu’elle sèche au soleil de ma patience

que se concatènent mes contradictions

pour que mon jardin s’ouvre à tous les vents

J’ai pris le temps de ne rien faire

d’accrocher mon regard à la lumière

elle et moi souplement  laissons grandir

les nuages, souffler l’haleine du jour

Nous avons tout notre temps .

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s