Marelle

Je ne m’extasie pas, je m’étends
marelle de chair, de terre à tourment
mes jambes de ciel ouvertes au vent
ma poitrine seigle, mon ventre torrent
ma pierre d’angle soulevant les châteaux
le sable du désert, le soupir et les flots
le corps berceau est mon avenir
hache joyeuse libèrant des étaux

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s