Chansonnette

1992.jpg

Tout se partage surtout le pain

certains  ancrages, certains matins

l’herbe mouillée sous les pieds nus

le café chaud, l’aube apparue

les mots lus, voix haute sous le ciel

la terre qui tremble dans le soleil

les corps lavés d’à peu près

la vie prenante et ses excès

Mais je ne partage pas mon cœur

si petit qu’une main d’oiseleur

le poserait sur son poignet

pour qu’il puisse s’envoler

A peine une grande bouchée

d’amour l’aurait dévoré

Il serait tien quand même, entier

si tu avais su le garder

mais son mécanisme indocile

bat la cadence de mes cils

qui s’ouvrent encore

sur le jour à venir

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Chansonnette

  1. Aldor dit :

    Oh! C’est beau !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s