Le loup solitaire

Le loup solitaire n’avouera jamais qu’il ne se supporte pas. Comme l’orgueilleux qu’il est, et bien qu’il hurle le contraire, il renifle le bas des portes où les gens dorment bien au chaud. Il s’éloigne en disant son désir de silence, mais alors le silence se fracasse, et le loup parle malgré lui.  C’est un peu comme le cœur des gens qui disent n’aimer rien du tout et tombent dans le propre trou qu’ils ont creusé dans leur torse. Moi qui sais bien l’absence qui tue, la nuit qui te roule dans ses feux, louve blonde et balbutiante, parfois  je cherche aussi ma meute. Parce que le verbe est beaucoup mieux  quand il dit l’histoire de l’autre, même s’il mord et griffe un peu. Le loup solitaire n’est que mon autre, son cou reflète bien mes peurs, sa force relève mon front, son subterfuge me va bien qui cache, à peine éloignés de lui, tous ses semblables  qui le suivent autant que par fierté il les fuit.

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Billets et autres textes/Prose toujours !, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le loup solitaire

  1. Antonio dit :

    Magnifique, ce texte au clair de plume !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s