Buttée

Sur la pointe de mes pieds

le dos tourné à ces fenêtres

sous la pluie dense j’ai dansé

sous la pluie, transes, doux transept

 

transpercée de coutures mouillées

le corps est une cathédrale ouverte

et mon âme s’est accrochée

aux barreaux noirs à tes traverses

 

regarde–moi valser

de chagrin en joie muette

et quand la rue aura mangé

la plante rouge de mes pieds

 

je resterai à regarder

les portes qui se ferment

je resterai racine buttée

dans tes travées

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Buttée

  1. Je bute contre la butte. Butée buttée, je suis perdu.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s