Lettre à un ami perdu

J’étais sincère. Sur un parvis de bonnes intentions, le cœur luisant dans ma poitrine comme un œillet vissé à une boutonnière, je te croyais. Pourquoi aurais-tu voulu me mentir puisque j’étais devant toi aussi innocente qu’un bébé ? Il arrive que la vie mûrisse en vous des certitudes nourries dans l’incompréhension ou la souffrance d’être née là où il ne fallait pas en épargnant un îlot frais, sain, que rien ne touche, une terre vide mais propice à l’ensemencement. Malgré une vide dure parce que les familles, tu le sais, n’aiment pas les petits canards qui viennent déranger l’ordre de la mare, je continuais à refuser de devenir un cygne que je n’étais pas prédestinée à être.

Je t’ai donc suivi parce qu’après tout, cela faisait si longtemps que je marchais seule. Que cela pouvait être si formidable de voler au-dessus de tout, de construire ce château de paille et d’herbes que je rafistole chaque fois qu’un courant d’air violent le défait.

Je n’ai pas supporté que la trivialité d’un quotidien aussi semblable que possible à ce que je voulais fuir vienne y prendre logis. Ce terrible loup des choses convenues, des petits mensonges et des arrangements ne pouvait pendre sa veste dans l’armoire où j’avais rangé pour toi des habits précieux.

Il m’est impossible de ne pas avoir mal, terriblement, de ce dessillement qui me fait voir en plus de ma naïveté les réalités que j’ai tant souhaité changer. Mais  il faut bien choisir de détourner ses pas d’un chemin qui vous semble obscur.  Perdre un ami, perdre un amour, c’est perdre  sa terre, mais j’en ai gardé dans ma tête au moins une poignée. Sur cette matière meuble et douce, je vais installer ma douceur du jour et attendre jusqu’à ce qu’avec entêtement elle fasse  racine.

Ce sera ma fierté, et je ne fermerai pas la porte de la maison.

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Billets et autres textes/Prose toujours !, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Lettre à un ami perdu

  1. Aldor dit :

    Ce dessillement est terrible.

    Aimé par 1 personne

  2. Phédrienne dit :

    Cela arrive à tous, mais ce serait plus terrible encore de rester égaré ou d’en devenir autre. Avancer même avec une perte, faire fleurir.

    Aimé par 1 personne

  3. Aldor dit :

    Oui. Mais tout de même.

    J'aime

  4. Tout à fait d’accord, Phédrienne!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s