Couleur de nuit

La nuit dépose en ville tant de couleurs
que l‘œil y cherche en vain un peu de charbon
bien que le noir de carbone
en quelque sorte y frissonne
un peu plus que de raison 
Puisque les teintes crient autant
que si un pinceau véhément
les frottait sur le bitume
même la lune y perd son blanc
et dore ses quartiers de pacotille
A minuit, par la fenêtre,
les grands yeux des réverbères
lèvent leurs paupières appliquées
et me fixent patiemment
Et c‘est dans le creux de mon lit
enlisée dans mes draps blancs
que je mélangerai tous ces pigments
pour un rendez-vous troublant
avec les ombres, évidemment …

2254

 

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s