Notre toit

J’ai rêvé d’une cabane
posée à fleur de campagne
dans un de ces creux égarés
où autrefois j’ai bien dormi
avec ton épaule comme lit 
et le matin pour oublier
C’est en âme robinsonne
quand en sourdine fredonne
tout ce qui d’habitude se tait
que l’étang dort sous la couronne
de vieux arbres que rien n’étonne
surtout pas deux êtres secrets
J’ai rêvé d’une cabane
d’un lit de branches et de broussailles
que parfois ma maison défait
avec ses meubles trop présents
sa porte close, ses auvents
c’est dehors que la vie appelle
c’est dehors que nous étions aimants

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s