Et yop la boum !

Mettez-vous debout

sur vos deux pieds, campés, solides

arrimez-vous en pleine prise à la vie

secouez de votre chemise

ce grain de poussière un peu grise

ouvrez-vous donc l’appétit

Dehors, la lumière danse et chante

même avec des jupons froissés

d’un peu de nuages venteux

d’un peu de pluie murmurée

Mettez-vous debout et dansez

sur le rythme qui vous emporte

à deux, tout seul ou entraînés

par une grande houle si forte

que vos pieds seront décollés

Mettez-vous debout et aimez

autant que votre cœur vous porte

sans retenue et sans apprêt

avec vos envies en cohorte !

Mettez-vous debout et si vous ne voulez rien faire,

écoutez-vous simplement !

(mes vœux intemporels :))

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s