Métropolitain

Jambe à jambe, bras à bras, cuisse à cuisse collée

Mon épaule aux autres emboîtée

Mes oreilles dressées, mobiles antennes

Mon regard capté

La nuit, dans le métro, quelques énergumènes

crient à fleur de leur peau

Une dame voilée de noir s’ensommeille

sa tête sur l’accoudoir fait une tache de trop

Un amoureux ivrogne beugle à son cœur brisé

Une ingénue en cuir et longs bas rouges percés

dresse son long cou d’ange sous un regard osé

Main à main, enlacés dans une étrange danse

nos corps chavirés basculés de roulis

nous sommes les voyageurs de 5 h à minuit

Et la vie nous accueille à peine à la sortie

de la grande bouche muette qui nous exhale

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s