Qui sommes-nous ?

Si tu étais transparent, une fine feuille de vent

quelques miettes d’air soufflées dans mon cou

une ombre légère posée sur mes genoux

je t’oublierais

Mais je te vois

dans la densité de tes attentes, je te vois

occupant la savane des villes

ta maison ouverte sans toit

Mais je me vois

dans la futilité de mes sourires

arpentant à grands pas ces rues

qui sont les mêmes pour toi et pour moi

Dans le vent qui disait hier l’urgence de

s’enfouir

dans des couches de chaud, des strates de

bras tendres

je nous ai vus tous deux et  ton regard étrange

a répondu au mien, silencieux

Mais je te vois mon âme

décentrée  en cercles clos où chaque pas

dit le contraire d’un rêve, d’un fraternel élan

d’un écho

Mais je te vois, toi qui étais un fils, un père,

un frère d’armes, un alter ego

Handicapés du cœur, handicapés du temps

handicapés du rire, handicapés par nos tourments

qui sommes-nous, nous qui ne ressemblons guère

à ce qui pourrait faire de nous

des hommes fiers …

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s