Ainsi sois je

ainsi sois-je

Ca commence par un inexplicable besoin de montrer les dents

babines retroussées sur les incisives

attention,  risque de morsure imminente

tension à l‘assaut des artères

il m’énerve celui-là, je lui règlerais bien son affaire

Puis l’étau des mâchoires se resserre

ça se poursuit en off

non mais quelles manières

quelle allure, quelle bêtise, quel…

Où en étais-je déjà ?

Et encore tous ces mots qu’on ne dit pas

tu peux toujours courir pour que je complimente

ton regard, tes mots, la splendeur de tes bras

ta miraculeuse chevelure, ta nonchalante grâce

toi

pour que je te dise je t’aime, toi

Ca commence comme ça et puis cela persévère

vilaine marée chagrine qui broie ses vagues noires

sur des plages anéanties

Alors, incantatrice, ma voix parfois s’élève

dans le jour qui déraille et dit

de plus en plus fort

c’est beau, ca respire, ca palpite, ca brille

c’est beau !

Que les grands crics qui croquent parfois

mansuétude et bonne humeur

crémaillent donc loin de mon chemin !

Ainsi sois-je …

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s