Déraillage (les poètes, ce n’est pas sérieux, il y avait longtemps)

 

Je n’ai jamais tant vu de spécialistes des cheminots

sortir du rail

des professionnels du délit conjugal

du harcèlement sexiste

des minorités

du racisme

du spécisme

du fachospherisme

et même du temps qu’il fait

C’est que voyez-vous, nous qui savons tout

mais absolument tout

et surtout de l’art de tracer des ronds

dans lesquels tourner sans façons

en traînant la queue du serpent de mer

nous ne saurions pas nous taire

puisque rien ne nous échappe

rien !

J’ai même lu un spécialiste des

cucurbitacées

des orchidées rares

du vinaigre à ne pas attraper les mouches

du palindrome

et du huilage des sardines

Tant d’érudition m’éblouit si fort que j’ai nettoyé mes lunettes

mais je ne vous dirai pas avec quoi de crainte que la cohorte

des spécialistes du chiffon ne me tombe sur le verre

et j’ai cligné des yeux plusieurs fois

pour éviter que mes maigres neurones ne carbonisent

Quand je les ai rouverts j’étais devant un écran noir

En bon produit de la haute technologie

mon ordinateur avait usé de son droit de  retrait

pour me punir de mon incurie

De ce fait, j’ai pris un livre…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s