La petite

La petite, si petite

coincée entre deux lisières

crie dès que le matin

entrouvre ses paupières

A peine ses boucles mêlées

entre ses petits doigts déliés

elle crie, elle crie comme un loup fier

la petite d’à côté

Son père m’a dit que sa gorge bloquée

par trop de langues passagères

refusait encore de parler

Ses racines ont fermé sa bouche

plus sûrement qu’une prison

ni française ni autre, sans souche

que crie donc la petite

si petite et si emmurée

dans le silence qui l‘étouffe ?

Et quand elle pourra parler

jeter pêle-mêle  sur la chaussée

sa maison bien à elle

ses jardins enchantés

quel premier mot dira

le quelque part où elle habite

et que nous ne comprenons pas

La petite, si petite

qui crie quand le jour est là …

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s