Si

Si pas un mot de moi ne te dessoude
si le pli de tes lèvres scellées me reste clos
permets qu’à l’abri de tes songes je me
dézingue un peu
Tu sais, je suis fatiguée
Porte-moi, s’il te plaît, sur ton dos d’arbre fort
Chuchote-moi que le monde est beau
Roule-moi, pelote de chair,
dans ta savoureuse poigne
Petite, toute petite, j’y demeurerai un instant
avant de grandir au plus vite,
si vite qu’à mon tour,
je te porterai…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s