Scribe

Je me demande combien de temps l’homme a mis à apprendre à écrire. Quel patient travail il a fallu pour que sa main apprenne ce geste, le dompte, que son cerveau connecte ses pensées à son poignet. Combien de temps il a attendu que de merveilleuses pensées  abstraites prennent le pas sur ses besoins primitifs : boire, manger, dormir, ne plus craindre, aimer.

Comment, patiemment, il a rempli sa besace de mots pour qu’elle s’agrandisse comme une peau de désir. Alors, ne comptez pas sur moi pour réduite toujours plus mon propre vocabulaire déjà trop étroit, ne comptez pas sur moi pour des phrases à trois mots. Si mon ru devient un jour un courant large, alors je n’aurais pas œuvré en vain. Si tout cela se tarit, peut-être que la trace humide sur le sable  tracera un beau dessin. Si le langage a une fin, j’aimerais bien faire partie des retardataires et des obsolètes. Un scribe réfractaire, une glaneuse de mots pas tout à fait éteints.

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Billets et autres textes/Prose toujours !, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Scribe

  1. Il y en a qui ne savent toujours pas, Colette, alors ils et elles dessinent !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s