Osons

Corps vissé claquemuré

vaisseaux de marbre amarrés

mutité de pierre ombrée

parfois je suis rivière prise

entre des rives atténuées

Un grand désir de chasteté

corps délivré de mains avides

chante un requiem amusé

jachère de terre couchée

sous un ciel d’amande

Cavale domptée de silence

déharnachée, chair dormante

et l’oiseau qui prend soin de moi

veille sur mon absence…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s