Un petit café ?

3010.JPG

Eclaire-moi un peu, tu veux bien ? J’ai seulement besoin de m’asseoir par terre. Avec un café, ce sera bien. Regarde, soleil, je suis toute seule, silencieuse, apaisée. Ton œil me va bien, faussement rond, à peine tiède, sa chaleur filtrée par un édredon de nuages.

Tout est bien. Si je ferme les yeux, je peux me projeter dans un  carré d’herbes plus loin, hors les murs, près d’un ruisseau ou d’une forêt joyeuse, patchworkée de lumière.

J’ai fermé la boîte aux poèmes. Inépuisable, leur production usinée déferle sur d’autres pages et je ne vois plus que ce déversoir qu’aucune pause n’interrompt. Ecrire, écrire, recomposer 20 mots, toujours les mêmes comme s’il s’agissait de fabriquer tant de semelles de chaussures.

Je n’en ai pas envie ; j’attends que ça pousse, que ça lève. Plus le processus d’écriture se ralentit, plus je sens que c’est bénéfique, qu’une connexion plus profonde a besoin d’être là, que ma terre se repose, elle est comme toi, si je puis me permettre. Elle sommeille sans se résoudre à lancer la saison du labour.

Hier, je me suis promenée dans un de ces quartiers que j’affectionne : les rues s’y ennuient avec grâce, les fenêtres semblent toujours ouvertes par effraction,  et quand on y regarde davantage, les murs parlent de fantaisie cachée, de vie tumultueuse, d’art aussi. Il y régnait un silence symphonique, juste ponctué par les oiseaux. Rien n‘y courait. Seul, marchant avec toi au-dessus de ma tête, j’étais bien…

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Billets et autres textes/Prose toujours !, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Un petit café ?

  1. Antonio dit :

    Tout cela me parle, l’inspiration telle l’éclosion d’une fleur qu’on appellerait béatitude…

    J'aime

    • Phédrienne dit :

      Bonjour Antonio,
      Tranquillité et résolution sont au rendez-vous en tout cas. Comme la terre, l’inspiration a partfois besoin qu’on la laisse respirer, reposer, se nourrir au calme. PLutôt ne rien ércire que des choses creuses ou belles en superficie. Le fond, ça a du sens 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s