Maraude villeurbannaise

3011.jpg

 

J’ai entendu un coq chanter

à 4 heures sonnantes rue des oubliés

Partout, les banlieues se ressemblent

Des fenêtres fragiles cherchent la mer

du regard et des murs lézardés retiennent

 ses reflux

Des villas, des bicoques,  des cases

casematées d’ennui dans l’urgence de vivre

Regarde, j’ai posé un bouquet de violettes

la photo de papa, une tasse de thé

Dehors, cela sent la poussière mais dedans

j’ai encaustiqué, parfumé de lavande première

ici, la ville est oubliée ?

Un dos plié sur des tomates

Une chaise cannée, une table salie

Des pots qui attendent, patients, un géranium

des trottoirs de silence, pourtant la cité crie

J’ai entendu un coq chanter

 à sa campagne délaissée

migrant de plumes encagé

parmi cent mille hommes pressés…

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s