Ma parole

 

J’écoute  le bruit des autres

l’orchestre de leurs voix

J’ignorais qu’un humain ne se tait pas

même lorsqu’il clôt sa bouche

son corps parle pour lui

vibre, gronde,  gargouille, rugit

se commet dans maints sons

qui  lui échappent

Nous aimons le rythme et nos pas

scandent la mesure

la mienne, vive, est militaire

à mon grand désarroi

une deux, une deux !

Le talon frappe

et la rue s’en offense bien

Parfois, je la caresse aussi

comme ces vagabonds qui glissent

sans rien laisser d’eux-mêmes

J’écoute, je ne parle pas

d’ailleurs l’essentiel se tait

et l’insignifiance fulgure

t’ as pris le pain, pas le temps

le petit a eu 4, je l’aime pas

celui-là, je l’aime pas

alors je lui ai dit, je lui ai dit

Mais à toi je ne crierai pas

que tu me manques

comme une terre sans ciel

J’écoute le bruit de cette autre

et souvent, je ne me reconnais pas

(Ma parole…)

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Ma parole

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s