De l’autre côté

 

623625.jpg

De l’autre côté, de longs serpents noirs
portent sur leur dos d’étranges scarabées
j’y ai volé des rêves surprenants
je me promenais, j’étais nue et le vent soufflait
en moi ses braises
J’étais libre, je courais après le matin comme tous ces gens
que la vie chasse à rebours de leurs envies
ce n’est pas étonnant, tu sais, qu’on y dessine la proue
de bateaux qui demeurent à quai
que des oiseaux s’y emmurent
J’ai porté mon cœur tapant dans mes semelles
l’amour avait un goût d’explosion
des gens de toutes les couleurs
échouaient sur la grève du métro
mais je croyais que nous les porterions
comme des fleurs
de l’autre côté des murs…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour De l’autre côté

  1. Aldor dit :

    Ohhhhhhhhhhh !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s