Encépahalite (les poètes, ce n’est pas sérieux

Je rêve parfois d’être un cerveau

un corps calleux, un noyau,

de matière grise non austère

 tout entière baignée de canaux

Ma protubérance annulaire

prolongeant ma moelle épinière

conduirait à bien des voyages

à de multiples gares de triage

 entre rêves et sensations

Où trouver plus de régions

de paysages à caresses

de zones de stimulation ?

Mon thalamus affriolé

 cueillerait bien dans la journée

tant de phénomènes étranges

que mon corps oublie à peu près

 à peine  y pensé-je pourtant

à cet organe étonnant

sans qui, ma peau me pardonne,

rien ne jouirait en moi vraiment !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les Chroniques d'Emilie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s