Boum, boum, boum, badaboum

J’ai le cœur céleri rémoulade

cela m’arrive quand je me souviens que

cela fait des mois que je n’ai plus entendu la voix

d’un qui disait je te parlerai  encore même après ta mort

Peut-être parce que je suis en vie

Mon conatus a la peau dure

la lance de Don Quichotte à la main

et ma myopie prend les moulins

pour le château de Sans Soucis

Parfois mon cœur a la couleur  affolée des matins

qui flambent

Parfois y coule un ruisselet d’amande austère

le lait dont je n’ai pas nourri

Parfois un peu de liqueur amère

sitôt noyée dans le sourire confit

J’ai le cœur qui va de travers

le ventricule un peu marri

mais demain,  sa pulsation étrange

sera blanche comme l’ennui

 

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s