Guillotière

 

Du côté de la Guillotière

la rive gauche du Rhône est tellement

proche du Sud

que lorsque les ombres s’allongent

tu entends des voix venues d’ailleurs

Des hommes en robes se pressent

autour d’une boucherie qui diffuse

lentement des parfums violents et poivrés

D’autres  sont assis sur le pas des portes

avec cet air de non-attente désabusé

qui signe les longs exils

Des jeunes en troupe bigarrée

parlent très fort quand tu les croises

mais détournent les yeux si tu les regardes franchement

Des robes de houris prennent la poussière

dans les vitrines assombries du boulevard

Dans son creuset de sorcière, la mixité

broie seulement quelques couleurs

et sortant de ces rues, tu deviens voyageur

fraîchement débarqué d’un pays

dont tu as oublié le nom

Le Rhône s’en moque bien, qui a dévoré ici

selon la légende bien d’autres  explorateurs

de l’humble marchand jusqu’au marin ivre

qui a cherché en vain près de ce monstre impavide

l’ombre de son destin

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s