Elle voudrait

Elle voudrait que je sois une mère

une maison solide à l’abri des revers

un point d’ancrage d’où le cap se devine

qui vous retient bien moins

qu’il ne vous délivre

Elle voudrait que je sois par-dessus ses peurs

une longue solive où tendre sa douceur

Et moi qui suis fragile comme sa peau de lait

et beaucoup moins habile que son cerveau bien fait

je me tends comme un pont au tablier dansant

mes jambages sans jupon tanguant dans le courant

Elle voudrait que je lui apprenne

ce que personne ne sait

faire semblant sans mot dire

d’être encore plus grand

que l’ombre qui se penchait

quand elle avait peu d’ans

sur son sommeil étincelant

de simplicité belle

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s