Zonzonner

J’ai un œil plus grand que l’autre et je crois bien

que dans mon thorax poitriné de forte manière

un ventricule s’essaie à devenir plus grand

Mon plus petit œil te regarde curieusement

ami courant sur les chemins où nous marchions ensemble

Mon plus petit ventricule, à droite, en entrant,

m’inonde du sang qu’il reçoit et dont je ne sais que faire

parce qu’après mon cœur s’affole et réclame des pulsions insolites

d’illicites émotions et des courts-circuits térébrants

Je ne te dirais pas, ami, l’état des deux hémisphères

qui dans ma tête ne font pas monde

Seule une question y forme ronde

À quoi jouons-nous sans fin ?

À y bien regarder peut-être

l’asymétrique enveloppe

où une étrange Colette s’étonne si souvent

du quotidien qui envahit sa porte

est sans doute le revers de ton propre habit

ami

et peu importe

puisque toi et moi

à ce qu’il paraît

nous sommes envie

nous sommes en vie

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s