La disparition

3521

Toutes les nuits, je rêve que je disparais

Cela m’a pris le jour où j’ai réalisé que je devais

demander à mes enfants de m’appeler pour qu’ils se rappellent de moi

Ce n’était pas une situation triste, non,

ce qui n‘existe pas devant vos yeux s’absente de votre mémoire

nous sommes faits comme cela

C’est pour cela que la faim, le désir, la peur de l’autre s’évaporent

de notre esprit encombré de choses bien plus raisonnables

les factures

les redressements judiciaires

 les anniversaires

le prix du pétrole

l’envie de faire pipi maintenant alors

que le métro vous enferme dans une mer de bras et de jambes

Dans mon rêve, je disparais et mon logis reste là avec ses plantes

ombres d’elles-mêmes, le livre écrasé pages ouvertes

le petit linge qui murmure qu’une femme, âge indifférent,

identité incertaine, a vécu là

La maison continue d’exister par elle-même

concatène les fragments de mon passage et les avale

sobrement

elle a le temps, elle digère depuis 1920 ou 1930

calmement ceux qui ont disparu avant

C’est fascinant de disparaître et peut-être que cela raconte

une histoire à ceux qui s’obstinent à rester

C’est pour cela que j’aime tant les reflets

peut-être sont-ils juste le fruit

d’une disparition progressive

une belle illusion

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s