Zorvage le Gréban (les poètes ce n’est pas sérieux)

Zorvage le Gréban a complété sa story

Ne riez pas, on me l’a notifié, c’est écrit

derrière son volant, il regardait un chat

traverser un passage piéton et c’était passionnant

Si Zorvage avait omis de signaler cet instant

de plein accomplissement de son destin intergalactique

la mouche qui circule de gauche à droite sur ma fenêtre

échapperait sans doute au sort que je lui réserve

Un zoom de focale ou une micro vidéo

pour remettre de l’ordre et de la dimension

dans l’histoire, doublé d’une salutaire éthique

car, si on y réfléchit à deux fois

pourquoi le chat de Zorvage aurait-il  plus de droit

à sa minute de gloire virtuelle que Mouchette ?

Parfois, le vertige existentiel qui me saisit

à mettre un œil ou même quelques cils seulement

dans l’épaisseur ouateuse  de la toile

me ramène à la terreur préhistorique

de l’homme confronté aux impénétrables mystères

Donc, sois remercié, Zorvage par qui ma matinée s’éclaire

et s’enrichit de cet impérissable moment

sans lequel une minute de mon temps aurait été

irrémédiablement  gâchée à ne pas saisir ton essentiel…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s