Dorsale

 

Je ne regarde jamais mon dos

C’est un continent très étrange

deux clavicules peinent à former

même en rêvant des ailes d’ange

et mes muscles supra-épineux

semblent parfois bien paresseux

Sur mes trapèzes silencieux

aucun acrobate audacieux

ne fait merveille

et des épines y vont marquant

la longue ligne d’un serpent

de blanches vertèbres

Tournant le dos de cent façons

dont je ne sais pas la raison

j’ignore la plupart du temps

ce que mon dos dit aux passants

à Colette ne plaise

et s’il se tait ou fait semblant

lorsque la vie pèse vraiment

sur mes épaules falaise

et si comme moi, il rit souvent…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s