Entêtement

J’ai ramené de ma promenade des feuilles de colère

Sauvons la planète en danger, arrêtons les pesticides, halte à la viande

dans les cantines, libérez les animaux, non à l’ouverture de la bretelle 10

non à la fermeture du magasin, halte à la flambée des prix

protégeons nos retraites, réclamons l’école à 4 jours

Sous mes pas, en petits tas tâchés, hachés, mâchés de terre

la colère déchirée faisait piteuse mine

un enfant y jetait encore un peu de sa tartine

une mère fatiguée y traînait ses semelles

une vieille en chaussons, mamelles sur le ventre

a bien failli y choir, et son chien belliqueux a mordu au passage

quelques tessons

Moi ,je ne criais pas

En moi la colère occupe place tranquille

Muette, elle attend une heure qui ne vient pas

je l’ai assignée à ce lieu immobile

le temps que mon cœur prenne toute sa place

Les feuilles ramassées par mes mains dociles

sécheront lentement sur ma cheminée

inutiles

La ville crisse, gronde, crache, fume

Il faut bien qu’une âme un peu tranquille

quoique perméable à toute vie

pose un regard plus doux

il en faut un, souffrez que je l’aiguise

puisque tout avenir est incertain

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s