Héritage

J’ai en commun avec toi 54 amis imaginaires

le goût du beurre salé sur la baguette fraîche

la mèche de cheveux repoussée le matin

au-dessus du café qui s’oublie

Un même patrimoine d’images fantoches

clinquantes d’une volonté de souvenir

Bébé balbutie sur le pas de la porte

fondu au noir, barbouille, museau souillé de lippe crue

premier pas, premier mot, te souviens-tu du tien

moi, je crois que j’ai crié non

Poèmes lus jusqu’à l’usure, chefs-d’œuvre jetés sur le tapis

Dis-moi, dis-moi qui est ton maître, moi je n’en ai plus

Tes racines, mes ancêtres dont tant se sont perdus

Mousse, marrons, plages, bétail, souris, cochons

ouvrier, méchante maîtresse, professeur vénéré de tous

premier amour et la goguette de la pluie sur l’abri bus

sa main sur ton genou, ta peur et son angoisse

nos certitudes incongrues

J’ai en commun avec toi ce poids de chair

poitrine, cœur, bras, souffle tendu

as-tu au ventre ce goût impérieux et vulgaire

ce goût de la vie, du moment, du flux ?

J’ai avec toi autant de liens qu’avec la terre

herbe, caillou, limon, pierre et espoir décu

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s