Je te gaspille

Je te gaspille
En ces temps d’austérité budgétaire
de compression pécuniaire
de raréfaction des métaux
Je te gaspille
Je hume ton parfum
Je me nourris de tes paumes muettes
Je gave mes pupilles de ta lumière
Je te gaspille
Le plein de tes joues m’est une liesse
L’arc de tes sourcils un chemin de promesse
Ton épaule le mur des solidités
Je te gaspille
Puisses-tu, goûtant de même ma présence
et jusqu’à mes imparfaites manies
m’user jusqu’à la corde, toi, mon ami !
Je te gaspille
Roulant entre mes doigts rompus
à la besogne ton or qui me suffit
même quand s’irrite en moi l’automne
Je te gaspille, toi, mon ami !
(profitons du meilleur et vivons !)

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Mon réflex et moi, univers d'images. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s