Frissons

Ton épaule, douce marche glissante
vers le nord, un jour de pluie
J’attends le froid, bien assise sur tes espérances,
la ville ensoleillée m’ennuie
Rien de triste, une envie de chiffon de chair
de tiédeur animale, la complicité d’un manteau
dont la laine rugueuse nous serait une peau
Brume assoupie, eau gelée du caniveau
fontaine silencieuse, gorge piquetée de grésil
doigts crochés dans les poches, sévère onglée
Après serait le lit aux draps ourlés
le thé fumant, le feu chamoisant
et un peu de frissons
sur l’abat-jour…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Mon réflex et moi, univers d'images. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Frissons

  1. Tres belles images, ma chère Phèdrienne!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s