Tiers état

Hier, nous étions deux marchant avec précaution

sur un trottoir dont on ne savait pas

s’il appartenait à la France d’en haut ou la France d’en bas

Je portais un pantalon Prince de Galles

ce qui en ces temps agités pouvait me faire

pendre à la lanterne en deux temps trois cris

Je marchais dans la nuit et l’ami peintre à mes côtés

disait son mal-être à sentir grandir les ombres

l’outrance, l’inflation des mots

Alors nous avons fini par nous taire

chacun dans son tram portant son lot

de concrétions humaines

dans ce qui ne transporte guère en commun

que la colère du temps

Un homme regardait fixement mes bottines

deux autres se tenaient par l’épaule en jurant

Une mère avec poussette char d’assaut

a dit qu’elle ne bougerait pas d’un centimètre

et tous ont escaladé l’engin pour sortir

Dehors, un autre trottoir non-baptisé attendait

mon pas de femme tranquille

sans haine ni rancœur sans volonté d’en découdre

avec mon prochain

Avec l’ami peintre, on s’était dit que l’art faisait

un pays hors classe et cela nous allait bien

je suis donc d’un pays qui s’inventera

il le faut bien

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s