Dressée avec le… point

Les choses impossibles pour moi tiennent plus de place
que ma tête n’en peut contenir
Le corps s’y refuse autant que le reste
la langue s’empierre quand il lui faut chérir
ce qui ne me plaît pas
Parlons cru ou fuyons cette place obsolète
ce vieux monde de courtisanes pensées
Laissons cela tranquille, franchissons le cœur gai
la ruelle qui court vers le midi
Lorsque la raison y regimbe un peu, un étau de
plomb enserre ma tête
un corset-cilice arcboute mon dos
dans l’encre figée, les mots se trouble-fêtent
et la bavarde se tait aussitôt
Le corps a toutes ses raisons d’être
quand l’esprit divague un peu trop
Que je sois cette franche bête
qui parfois se braque in petto !
(dressée avec le …point)

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Mon réflex et moi, univers d'images. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s