3982

Au terme de 3982 jours

ce message persiste :

Aimes-tu la vie, dis, l’aimes-tu ?

Sais-tu dans ce qui te prend le goût de l’aventure

ce qui fait jeter le lit, la maison de briques,

le CDD, la corne d’abondance,

le contrat qui te lie à ta prison ?

Je me lève parfois dans la nuit pour guetter la neige

écarter le ciel d’une main

vite, enfiler des chaussures, vite prendre du pain

Dehors, le froid mange mes joues

l’ombre me grandit, pourtant indépassable

la peur parfois se tord dans mes viscères

souvent la joie claque ses semelles d’argent

Je suis la brute, la folle, la corsaire

la marcheuse que rien n’attend

Quand j’ose, quand je veux vraiment

Rien ne me fait rentrer à midi

Alors je te le redis :

Aimes-tu la vie, dis, l’aimes–tu

vraiment ?

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s