La tête de Valentine (un poète, ce n’est pas sérieux)

J’aimerais bien perdre la tête

peut-être qu’elle roulerait jusqu’à toi

tu pourrais y mettre des violettes

un poisson rouge ou je ne sais quoi

la peindre et puis la vernisser

en faire l’emblème de ta vanité

ou un beau presse-papier

mais elle est restée ce matin

vissée sur mon cou orphelin

de toute caresse…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La tête de Valentine (un poète, ce n’est pas sérieux)

  1. Jeandesantec dit :

    C’est chou ce poème, une touche de tristesse, un jeu de jambe à la Prévert, et des images en farandole qui font la fête

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.