Terre à terre

 

Le monde  est minuscule

une lunule rongée jusqu’au sang

Je le croyais géant

J’imaginais sans peuple

d’immenses vacuités

d’intenses marécages

de profondes forêts

Un petit être fragile

portant dans ses artères

des ombres indécises

a refermé ses paupières

sur ma vie

si petite qu’un rien l’a froissée

si intense qu’il l’a recrachée

comme il secoue sa poussière

depuis des millions d’années

Le monde est minuscule

une toupie dansant sur un caprice

Je le croyais géant

mais c’est peut-être moi

qui ai un peu grandi

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Terre à terre

  1. Une toupie … infiniment compliquée à mes yeux !
    Bravo, Colette !

    J'aime

  2. Le monde est miniscule… c’est vrai parceque toi est grande comme poéte, ma belle Colette!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.