Ranelagh

Dans le jardin du Ranelagh

un La Fontaine ventru

penche une perruque  congrue

sur un corbeau enrichi d’un camembert

Il se dit du lieu qu’il est espace vert

et ses grands arbres noblement parés

voient passer dans leurs allées

des diplomates  bien gourmés

et quelques autres beaux notables

Je leur préfère un peu plus loin

de vieux porches moyenâgeux

des balcons blancs encorbellés

et la septuagénaire

qui arbore dignement

sur son épaule de tweed

un grand cacatoes rose et gris

assorti à son fume-cigarette

Le théâtre est fermé

Un petit Léonard et une Capucine

tournent sur un manège en poussant

des cris d’orfraie

Même ici sous les beaux marronniers

il n’y a guère que la chaussée

qui soit muette

 

 

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Ranelagh

  1. Antonio dit :

    Vous seriez donc Passy par là… on s’y croirait. Faites-moi signe si vous êtes toujours dans la capitale, que l’on partage ce café dans un de ces beaux endroits. La journée est encore plus belle ici aujourd’hui 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Très, très beau!!!

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.