Je n’ai pas cédé

parapluie.jpgJe n’ai pas cédé

ma main sur mon ventre a jeté

plein de graines de temps

plein de grains de printemps

plein d’envie de soleil sur les toits

J’ai couru sous la pluie encore une fois

j’ai parlé à chaque arbre du chemin

j’ai souri au vieil homme qui palabrait tout seul

à l’ombre de ses enfants perdus

J’ai dansé avec des fleurs de glycine dans les mains

j’ai senti crisser sous mes pas plein de petits cailloux

Je n’ai pas cédé

J’ai couru si vite hors de la maison

pour voir entre les nuages

filtrer d’un petit orage

quelques gouttes et trois rayons

Il  faut croire, mon ami,

auquel je rêve sans le voir

que la vie se cramponne

encore plus à mes jambes

qu’à mon cou

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Je n’ai pas cédé

  1. Jeandesantec dit :

    ça galope, ça galope et ça galope crin au vent, rire au lèvres et la bouille toute éclaboussée de printemps….j’aime vos envolées à la Pré-vert(e)…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.