Donjons et dragons

Jouez-vous, Colette ? m’a dit un homme étrange

dont le haut profil mince scrutait des étagères

Des boîtes aux noms sonores empilaient leurs mystères

un vendeur chevelu dansait entre tout ça

Alors, j’ai revêtu ma cape de sorcière

mon habit de lutin, pris ma barbe de druide

déployé en riant sortilèges et démons

ma tenue de geisha et jeté à foison

dés, jetons, gobelets et tapis

pendant quee gobelins, trolls et magiciens

naissaient de ma mémoire

Le donjon dont je parle était assez petit

sur un grenier un toit nous mettait à l’abri

Le temps cassait ses dents sur notre patience

et encore maintenant ce mot simple de jeu

ouvre pour moi les portes de ce monde curieux

où peu de sages pénètrent encore

(clin d’œil  à un ami qui se reconnaîtra J )

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.