Introspectif

J’ai un tout petit os coincé dans ma cervelle

dans un quartier perdu du nord

Cela fait des semaines qu’il pousse sa ramure

et s’appuie vivement sur ma mémoire molle

qu’il enroule ma langue et clôture en lieu sûr

mes mots joyeux

Ce sont des mains, une ombre, un chemin herbeux

des pierres arrimées à bat-flanc de coteaux

des vignes amoureuses, l’envol d’un cerceau rouge

autour de mes hanches

C’est l’histoire qui n’a pas vécu et la liberté sidérante

qui tout m’a coup m’est échue

celle que je cherchais dans les pages d’un sourire

Nul ne m’a appris lorsque j’étais enfant

à grandir moins vite, à prendre ce très longtemps

de la rencontre avec soi-même

Le petit os me retient encore un peu par le col

en bloquant dans ma tête ces grands flux

qui font couler l’audace, la pugnacité, l’envie

Il me fait mal comme si je m’accouchais de moi-même

très férocement alors qu’il suffirait de m’abandonner

Je me devais de regarder mes neurones miroirs

qui montrent que moi seule peut ôter

le petit os que j’ai sottement planté

sans y prendre garde

(introspection dominicale)

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Mon réflex et moi, univers d'images. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.