Swinging in the rain

Par la fenêtre ouverte à deux battants

la pluie s’est invitée, prospère

dansant fraîche et replète

sur ses talons d’argent

Sur mon lit oublié

en simple cavalière

et sans tenue de bal

j’ai bien été tentée

de prendre à bras le corps

cette fantasque folle

mais j’ai bien plus aimé

rester à l’écouter

Minuit s’est allongé près de moi

que j’entendais toujours

ses cinglants éclats

il a fermé mes yeux

et sans plus de manières

nous avons dormi un peu

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.